Livres & BD -
NOS ANNEES STRANGE
Par Sébastien Carletti & JM Lainé
Editions Flammarion

"- Dis Papa, c'est quoi "Strange" ?
- Assieds-toi, petit, je vais te raconter une belle histoire…"

Il était une fois "Strange", un magazine BD qui fut pendant plus de 20 ans (et après quelques tentatives infructueuses de type "Fantask") le porte-étendard des comics Marvel en France. Et même, par la force des choses, DC étant quasi inexistant sur le marché VF de l'époque, celui des comics en général.

Avec un premier numéro paru en 1970, on peut dire que "Strange" fut le représentant d'une sorte de Golden Age des comics en VF, où les lecteurs découvraient -souvent avec bien du retard sur les éditions américaines- les grands classiques du Marvel Universe comme Spider-man, les X-Men, Daredevil, Iron Man…

Parution mythique, madeleine de Proust pour les lecteurs de l'époque, curiosité nostalgique pour les générations suivantes, "Strange" peut donc s'enorgueillir d'avoir été (à l'instar de Pif Gadget ou Picsou Magazine pour d'autres types de lecteurs) une véritable révolution dans la presse BD et jeunesse, qui a engendré une foule d'héritiers, et sans qui la place des comics dans le panorama de l'édition française actuelle serait bien différente.

Un livre pour rendre hommage à "Strange" n'était donc pas de trop, et le voici.

Personne ne le niera, l'époque actuelle est friande d'une certaine nostalgie régressive, et "Nos années Strange", il faut l'admettre, surfe bel et bien sur cette vague.
Mais à cent lieux de la connerie d'une "Gloubiboulga Night" ou ce genre de mauvais trip pour adulescent, le fait est que -surprise- le bouquin est passionnant de bout en bout, et avant tout parce qu'il est capable de dépasser son sujet de base.

Clairement, le travail fourni par les auteurs Carletti et Lainé est irréprochable, et il est évident que si l'on a affaire à des passionnés, ils n'en sont pas moins professionnels pour autant et sont capables de prendre un certain recul là où d'autres se vautreraient dans la complaisance aveugle.
Ainsi, on prendra plaisir au fil de la lecture à découvrir que loin de s'arrêter uniquement à "Strange", les auteurs utilisent ce dernier pour rebondir et proposer un regard sur tout un pan d'une certaine culture alternative de l'époque, qui deviendra par la suite la "culture comics" adoubée par les geeks.
Même le public qui ne connaissait pas le magazine pourra mieux comprendre, par exemple, le succès actuel des super-héros au cinéma en remontant aux racines du phénomène.
C'est ce qui rend "Nos années Strange" si passionnant : ce retour sur un mouvement culturel "marginal" qui est pourtant devenu un courant majoritaire et très puissant dans le monde du divertissement d'aujourd'hui.
Si tous les livres du genre pouvaient être du même niveau, on en redemanderait.

Du bon boulot !